Langage oral : les bons mots pour un bon apprentissage

Langage oral : les bons mots pour un bon apprentissage

Langage : comment pouvons nous nous faire comprendre des petits ?

Cet article est  destiné à un public d’entraîneurs de tout jeune (école de basket 6-10 ans). Quoique vous serez surpris que cette méthode marche chez des  plus âgés aussi.

L’idée est de retranscrire des intentions techniques par du langage non technique et souvent en ne s’occupant pas directement du problème à résoudre. Bien souvent les entraîneurs restent dans la retransmission oral de comment on leur à expliqué les choses mais cela n’est souvent pas ou peu adapté aux très jeunes. Cela induit des incompréhensions ou de la mauvaise exécution chez eux qui n’est pas due à une incapacité technique à faire le geste demandé mais plutôt à un langage, un usage de mots non adaptés.

Langage et fondamentaux : et si nous simplifions nos explications ?

Cette réflexion pourra paraître enfantine mais c’est bien le but : répondre au public qui nous concerne ici.

Ces petites astuces ne marchent bien évidemment pas systématiquement, à vous d’en trouvez d’autres. Je me suis cantonné à celles que j’utilise souvent et qui marchent (par expérience) très très bien avec la majorité des enfants.

L’idée n’est pas non plus de vous expliquer comment apprendre à dribbler main droite, main gauche ou savoir transférer un ballon, tirer à une main ou encore utiliser la passe. Ceci est plutôt bien connu et il existe nombre important d’articles sur les fondamentaux. Il faut voir ma démarche comme un moyen complémentaire aux précisions techniques (qui doivent aussi se dire!!!!) de faciliter et d’accélérer l’apprentissage des bases par un langage approprié.

Langage et apprentissage du tir: comment transmettre les bonnes attitudes aux plus jeunes.

Je vais me concentrer sur le tir qui me semble le plus compliqué à maîtriser pour l’enfant.

Je vous présenterai l’article sur la base suivante :

  • Problème couramment constaté
  • Langage et explication habituelle utilisée
  • Langage et explication complémentaire proposée.

LE TIR (on prendra l’exemple d’un droitier)

1- Main directrice qui part à l’opposé :

Ce défaut majeur que l’on voit souvent se repère facilement sur les enfants dont le corps se retrouve plus ou moins de profil par rapport à l’axe du panier,

  • Langage classique : « Arrête d’envoyer ta main droite à gauche » « Garde ta main droite à droite »
  • Langage complémentaire : 9 fois sur 10 le problème ne vient pas de la main mais d’une poussée dans les jambes inégale. Se concentrer donc sur le fait de pousser sur les deux jambes en même temps. Puis ensuite demander de rester droit en direction du panier. Ne pas hésiter à le faire sauter sur place sans ballon 2 ou 3 fois face à vous en envoyant les bras en l’air et de lui faire constater qu’il sait sauter sur ses deux jambes et maintenir ses bras dans l’axe.

2- Intervention de la main opposée (tir à deux mains)

L’enfant veut tirer à une main mais la deuxième main glisse invariablement sous le ballon et l’enfant vous dit : « j’y arrive pas »

  • Langage classique : On a souvent tendance à dire « ne tire qu’à une main » « que ta main droite » et donc a matérialiser et accentuer le problème sur la main qui ne gène pas !!
  • Langage complémentaire : Or c’est bien la main gauche qui intervient alors qu’elle ne devrait pas. Donc « squeezer » la main droite et dire à l’enfant de se concentrer sur la main gauche qui doit rester de profil et ne penser qu’à elle tout au long du déroulement du tir. Ne pas hésitez à lui imposer oralement sur son premier tir en lui répétant tout au long du geste :  « La main gauche de profil, main gauche main gauche » Lui dire aussi de faire confiance à sa main droite qui de toute façon, elle, sait envoyer le ballon et le « fera sans lui ».

3- Manque de hauteur dans la trajectoire de balle

Dans le cas d’un tir trop tendu, le ballon « attaque » le panier en butant dans l’arceau. On parle à juste titre d’un problème d’angle de bras et de hauteur trop basse de ceux ci.

  • Langage classique : « Lève ta balle » « Donne de la hauteur »  « Marque sans toucher le cercle » « Tes bras plus haut »
  • Langage complémentaire : Sans jamais parler des bras faites le test : Lui dire : tu es au moyen âge. Tu es une catapulte (le ballon étant le projectile) et l’objectif est de passer par dessus les remparts (l’arceau) pour détruire les soldats dans la ville. Si tu ne passes pas par dessus les remparts la ville ne se rendra jamais. Au bout de X fois ou il rentre dans la ville il gagne. Vous verrez que dés le premier tir vous assisterez à une belle parabole….. tellement belle qu’un air-ball peut s’en suivre mais votre objectif de « montée » de balle est en passe d’être résolu. Il est facile ensuite de demander de régler la « catapulte » pour atteindre la « ville ».

4- Position basse du ballon

Dans la position initiale de tir souvent les enfants ont tendance à mettre la balle trop bas.

  • Langage classique : « Met ton ballon plus haut » « Lève ta balle »
  • Langage complémentaire : Donner l’image suivante. L’enfant est un chasseur. Comment tire le chasseur ? Il suit l’oiseau avec son fusil jusqu’au moment du tir – l’oiseau étant le panier et le fusil le ballon , donc hauteur du menton et alignement entre l’œil, le « fusil » (le ballon) et « l’ oiseau »(l’anneau)

En conclusion votre enfant doit pousser sur ses deux jambes en même temps en se concentrant sur la main faible et non celle qui tire et se transformer en chasseur qui doit « détruire » la ville…

Bien entendu il va falloir leur apprendre techniquement aussi à tirer à une main, monter le ballon et garder les bras en l’air. Mais il se transformera certaines fois plus vite en catapulte ou en chasseur qu’en lui expliquant quel angle les bras , les mains ou les doigts doivent prendre…

J’ai publié également cet article sur MixtOffense

Cet article vous a plus ?

Laissez un commentaire

 

 
Prénom * :
Email * :
* champ obligatoire.

Recherches populaires

2 Responses to “Langage oral : les bons mots pour un bon apprentissage”

  1. Salut Nicolas,
    Tellement évident la métaphore de l’arc en ciel que j’y avais jamais pensé 😉
    Parfait et merci un moyen supplémentaire de faire passer l’idée.

  2. nicolas dit :

    Excellent article!! En ce qui concerne la trajectoire de mon côté je l’image avec un arc en ciel!! Je leur demande de me dessiner un arc en ciel avec le ballon quand il tire.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *